Archives pour la catégorie ACTUALITÉS

L’histoire révélée des communes gersoises

À l’occasion de la Semaine internationale des Archives (3-8 juin), les Archives départementales du Gers franchissent une nouvelle étape dans le travail de numérisation avec la mise en ligne sur leur site internet des registres de délibérations des communes qui en ont effectué le dépôt.
 
 
Il s’agit précisément des délibérations de 116 communes sur 461, soit près de 600 registres représentant plus de 84 500 vues et couvrant une période allant de 1556 à 1981, ces dates variant d’une commune à l’autre.
 
 

 
73 communes supplémentaires seront intégrées d’ici la fin de l’année, soit 50 000 images en plus.
 
 
 
Accédez dès à présent aux registres de délibérations en ligne !

Grande Collecte des archives du sport

Vos archives font l’histoire du sport !

Comme elles l’avaient fait en 2021 pour les archives du rugby gersois, les Archives départementales du Gers lancent une Grande Collecte des archives du sport et vous accueillent du 13 au 16 mai inclus.

Cette action s’inscrit dans l’opération nationale de collecte coordonnée par le ministère de la Culture et labellisée Olympiade culturelle Paris 2024. En effet, l’imminence des Jeux olympiques et paralympiques en France nous rappelle l’intérêt de préserver et de valoriser le patrimoine sportif.

Parce qu’elles racontent ou illustrent la pratique d’un sport, un évènement marquant pour l’histoire d’un club ou d’un territoire, l’évolution d’une pratique, les archives du sport dans le Gers présentent un intérêt historique.

La Grande Collecte s’adresse au « monde du sport » entendu dans sa plus grande acception. Il s’agit tout d’abord des archives produites par les comités départementaux et les clubs sportifs, quelle que soit la discipline concernée ; ces archives peuvent se trouver dans la structure elle-même ou avoir été conservées par un ancien dirigeant. Les athlètes, les entraîneurs et toutes les professions qui gravitent autour du sport ont, eux aussi, leurs propres archives et certaines peuvent représenter un grand intérêt.

Plus largement, ce sont les citoyens qui sont invités à se pencher sur les archives qu’ils peuvent posséder en tant que pratiquant amateur, bénévole, supporter, photographe, etc.

Les archives concernées sont variées : photographies, films, affiches, flyers, documents associatifs (procès-verbaux de conseil d’administration, d’assemblées générales, listes d’adhérents, etc.) et tout autre document lié à des manifestations sportives ou au sport en général dans le Gers.

Chacun est invité à participer, par le don (ou par le prêt) de documents.

Pour faire l’histoire du sport dans le Gers, nous avons besoin de vous !

Zoom sur la presse gersoise ancienne en ligne

A la fin du Second Empire, le Gers possède différents journaux de tendance conservatrice ou républicaine.

Jusque-là impérialiste libéral, le journal Courrier du Gers est acquis en avril 1869 par Bernard-Adolphe Granier de Cassagnac, vice-président du Conseil général et député bonapartiste très influent dans le département. Il est issu d’une famille armagnacaise de verriers. A l’issue de la proclamation de la République du 4 septembre 1870, Granier de Cassagnac s’efface et le Courrier du Gers disparaît.

Bénéficiant du prestige de son père, Paul de Cassagnac, journaliste politique et député bonapartiste, réapparaît  au premier plan de la scène politique gersoise dès les premiers mois de la IIIe République. En 1892, il fonde et dirige le quotidien La Voix du Peuple. Durant plus de vingt ans, ce journal d’opinion défend les idées de son fondateur et ferraille avec la presse de la République qu’il surnomme “La Gueuse”. Le style alerte et la variété des chroniques locales expliquent sa forte audience auprès des lecteurs ruraux. Le journal décline puis cesse de paraître le 2 août 1914, au déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Dans son ouvrage sur La presse dans le Gers sous la IIIe République, Maurice Bordes indique que la fin du régime de Napoléon III s’était quelque peu libéralisé, laissant à l’opposition républicaine la possibilité de s’exprimer par voie de presse.

En 1868, le notable auscitain Jean David, fondateur du parti républicain dans le Gers, lance L’Avenir, journal démocratique du Gers, dont le rédacteur en chef est l’ardent polémiste Lissagaray, qui attaque violemment l’Empire et ses meilleurs appuis dans le département, les Cassagnac.

Devenu Le Républicain le 22 mars 1878, le journal continue de paraître sous ce nouveau titre jusqu’en 1890 et devient propriété du banquier auscitain Henri Gage. Le journal change à nouveau de nom pour devenir L’Avenir républicain jusqu’en 1909 mais ne représente plus l’ensemble du parti républicain gersois – plutôt l’aile des modérés.

Conscientes que la presse locale ancienne constitue une mine d’informations pour l’histoire locale, les Archives départementales du Gers ont engagé un partenariat avec l’agence Occitanie Livre et Lecture et la Bibliothèque nationale de France pour qu’elle soit numérisée et accessible en ligne.

C’est le cas pour ces trois titres qui, depuis leur site internet (www.archives32.fr, rubrique “Périodiques en ligne”), sont désormais accessibles sur le portail “Gallica” de la Bibliothèque nationale de France.

L’inventaire des archives du contrôle des actes sous l’Ancien Régime est en ligne !

Le fonds du contrôle des actes sous l’Ancien Régime dispose à présent d’un instrument de recherche révisé, corrigé et enrichi.

Une carte des bureaux du contrôle accompagne ce répertoire. Elle ne prétend pas être parfaitement exacte tant les ressorts géographiques étaient, à cette époque, flous et évolutifs. Toutefois, cette représentation cartographique propose un maillage qui devrait guider le chercheur vers les documents qui l’intéressent.

Les archives du contrôle des actes constituent des sources pour l’histoire de la propriété d’une localité et l’histoire des familles. Elles permettent, notamment, de trouver un acte dont on ne connaît ni la date précise, ni le notaire. Les indications relevées dans les registres du contrôle des actes orientent le chercheur vers les minutes notariales à partir du moment où celles-ci ont été conservées.

Les tables des décès complètent les registres paroissiaux. Elles servent à la recherche généalogique mais peuvent également constituer des sources pour une étude démographique.

Retrouvez l’inventaire ici !!

Soutien à la recherche universitaire !

Pour l’année universitaire 2023-2024, le Département du Gers propose à nouveau une bourse à la recherche d’un montant de 1000 €.

Pour la quatrième année consécutive, le soutien porte sur des travaux de recherche universitaires de niveau master ou doctorat, devant conduire à l’obtention d’un titre ou d’un diplôme reconnu par l’État par la soutenance d’un mémoire ou d’une thèse.

Sont concernées toutes les disciplines susceptibles de recourir à la documentation écrite ou figurée conservée aux Archives départementales, du Moyen Âge jusqu’à nos jours, qu’elles touchent les sciences humaines (histoire, histoire de l’art, histoire du droit, archéologie, ethnologie, anthropologie), les sciences politiques ou l’environnement et l’aménagement du territoire (géographie, hydrologie, architecture, sciences de la terre).

Le choix du lauréat se fera après examen des candidatures et délibération d’un jury constitué d’élus et de représentants de l’administration départementale.

En contrepartie de ce financement, l’attributaire remettra un exemplaire de son mémoire universitaire aux Archives départementales. Il sera par ailleurs tenu de proposer au Département un article scientifique ainsi qu’une conférence organisée dans le cadre de la programmation culturelle des Archives départementales.

Le dossier complet de candidature doit être adressé avant le 15 mai 2024 au plus tard :

  • soit par voie postale : Archives départementales du Gers – 81, route de Pessan – BP 21 – 32001 AUCH CEDEX

Retrouvez le règlement et le dossier de candidature relatifs à la bourse 2024 du Département du Gers, n’hésitez pas à diffuser l’information et surtout à concourir !

L’agenda culturel du 1er semestre 2024

En ce début d’année olympique, les Archives départementales sont heureuses de vous présenter leur nouvel agenda culturel (janvier-juin 2024), accessible sur la page d’accueil de leur site.

Après une saison rugbystique exceptionnelle, qui se prolonge jusqu’à la fin du mois de janvier, le sport reste à l’honneur puisque les Archives départementales lanceront au printemps une “Grande Collecte” élargie aux autres sports représentés dans le Gers, en particulier le football, le basket et le cyclisme, en espérant bénéficier de l’engouement suscité par l’accueil en France des Jeux olympiques.

Par ailleurs, elles participeront activement aux célébrations du 80e anniversaire de la Libération en proposant différentes actions relatives à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, notamment la mise en valeur de nouvelles sources récemment entrées dans leurs collections.

Les conférences d’Alain Beyneix, chercheur associé au CNRS et au Muséum national d’histoire naturelle (24 janvier), et d’Aliocha Piéchaud, élève à l’Ecole normale supérieure (27 mars, à l’occasion des “nocturnes de l’Histoire”) permettront de découvrir des sujets inédits, respectivement liées à l’archéologie et à l’histoire moderne locales, traités grâce aux fonds d’archives conservés aux Archives départementales.

Enfin le public retrouvera les ateliers d’initiation à la recherche qui ont connu un vrai succès depuis leur lancement au seconde semestre 2023 : les archives notariales, les archives de l’Enregistrement et des Hypothèques ainsi que les archives militaires seront mises en perspective.

Plongez avec délectation dans cette saison culturelle pleine de surprises et n’hésitez pas à vous inscrire rapidement aux manifestations proposées par les Archives départementales !

Gloire au rugby gersois !

À l’occasion de la coupe du monde de rugby en France, les Archives départementales du Gers ont chaussé leurs crampons !

Du 13 octobre 2023 au 31 janvier 2024, elles ont présenté l’exposition intitulée Du coq à l’âme. Le rugby dans le Gers au XXe siècle ainsi qu’un ouvrage éponyme, construits autour de documents d’archives, témoignages, photographies et objets issus de la « Grande Collecte » initiée en décembre 2021.

Cette exposition a apporté un éclairage historique et sociologique sur ce sport enraciné profondément dans le cœur de notre territoire, tout en rendant hommage à celles et ceux qui ont fait exister le rugby dans le Gers. Car si le rugby a marqué profondément la vie des Gersois tout au long du XXe siècle, les Gersois en ont également marqué la pratique.

L’exposition a été accompagnée d’une programmation ambitieuse de manifestations. Conférences, soirées ciné, rencontres avec des joueurs internationaux : toutes les informations peuvent être consultées sur l’agenda culturel et les réseaux sociaux des Archives départementales.

Face au succès de l’opération, il a été décidé de concevoir une version itinérante de l’exposition qui commencera à circuler dans le Gers à partir du printemps 2024. En attendant, n’hésitez pas à vous procurer l’ouvrage Du coq à l’âme dans toutes les bonnes librairies gersoises !

“Ciao Italia !” en itinérance…

Le succès de la présentation à Auch de l’exposition “Ciao Italia !” Ces immigrés italiens qui ont fait la France, les Archives départementales du Gers et le Musée national de l’histoire de l’immigration ont décidé de poursuivre leur partenariat en travaillant sur son itinérance dans le département.

La commune de Lombez constitue sa première étape : l’exposition y sera présentée à compter du 9 juin et durant tout l’été 2023 sous la halle et dans l’ancienne sous-préfecture. Elle devrait ensuite circuler à Vic-Fezensac, Fleurance et Nogaro (dates à préciser).

Dès la seconde moitié du XIXe siècle et jusque dans les années 1960, les Italiens furent les étrangers les plus nombreux dans l’Hexagone à venir occuper les emplois créés par la croissance économique.

Aujourd’hui célébrée, leur intégration ne se fit pourtant pas sans heurts. Entre préjugés dévalorisants et regards bienveillants, l’image de l’Italien en France se dessina sur un mode paradoxal et leurs conditions d’accueil furent difficiles. Entre méfiance et désir, violences et passions, rejet et intégration l’exposition traduit les contradictions spécifiques de l’histoire de cette immigration tout en mettant en lumière l’apport des Italiens à la société et à la culture française.

Jouant des clichés et préjugés de l’époque et rappelant la xénophobie dont ils étaient victimes, l’exposition s’attache à retracer le parcours géographique, socio-économique et culturel des immigrés italiens en France du Risorgimento des années 1860 à la Dolce Vita célébrée par Fellini en 1960. Abordant tout à la fois la religion, la presse, l’éducation, les arts, la musique et le cinéma, les jeux et le sport, ou encore la gastronomie, elle donne à voir tous ces Italiens, ouvriers, mineurs, maçons, agriculteurs, artisans commerçants, artistes ou encore entrepreneurs qui ont fait la France.

Les Archives départementales du Gers ont apporté un éclairage local en revenant sur le parcours des Italiens qui ont choisi le cœur de la Gascogne comme terre d’émigration. Illustrée d’une riche iconographie et de documents d’archives tant institutionnels que familiaux, l’exposition s’est attardée sur les particularités les plus emblématiques de cette immigration transalpine et les a replacées dans leur contexte sociologique et historique.

Retrouvez le catalogue de l’exposition, au prix de 15 euros !

“Passés (re)composés” : l’archéologie gersoise à l’honneur !

L’archéologie a été mise à l’honneur par les Archives départementales du Gers à travers l’exposition Passés (re)composés. L’archéologie dans le Gers au XIXsiècle.

L’exposition, inaugurée à l’occasion des Journées européennes de l’archéologie des 16 au 18 juin 2023, a été présentée jusqu’au dimanche 17 septembre 2023, lors des Journées européennes du patrimoine.

La tenue dans le Gers du congrès annuel de la Société française d’archéologie – le 3e après ceux de 1901 et 1970 – a donné l’occasion aux Archives départementales, en partenariat avec la DRAC Occitanie (Service régional d’archéologie), de faire (re)découvrir aux Gersois des lieux et objets archéologiques mis au jour sur leur territoire au XIXe siècle mais aussi des pionniers locaux de cette discipline scientifique.

Si, aux XVIIe et XVIIIe siècles, seuls les beaux objets sont exhumés pour alimenter les collections et cabinets des antiquaires, le XIXe siècle va marquer un tournant pour l‘archéologie : prise de conscience de l’existence d’un patrimoine national, recherches sur le terrain, essor et multiplication des sociétés savantes, émergence de l’idée qu’un lien existe entre un objet et son lieu d’origine, intérêt croissant pour le Moyen Âge, éclosion de la paléontologie et de la préhistoire qui, avec l’apport de la géologie, renouvellent les pratiques de terrain… Cette prise de conscience qui se développe tout au long du XIXe siècle pose en particulier les premiers jalons du cadre administratif et juridique qui sera progressivement mis en place au XXe siècle.

Au travers d’une présentation du contexte général et local, et d’une vingtaine de découvertes, cette exposition a voulu illustrer l’évolution de la discipline archéologique dans le Gers au XIXe siècle et l’émergence, durant cette période, de la notion de patrimonialité des vestiges.

L’exposition a rassemblé une cinquantaine de documents manuscrits et iconographiques issus des fonds publics et privés conservés aux Archives départementales (comme les carnets de Gustave Collard) ou de prêts consentis par des collectivités locales et des particuliers (magnifiques croquis du Lectourois Eugène Camoreyt). La plupart de ces documents ont été présentés pour la première fois au public.

Les publications en ligne de l’été 

Les tables de concordance cadastrale sont en ligne !

Entre 1807 et 1846, le bureau du cadastre a procédé à la réalisation du cadastre général parcellaire sur tout le territoire gersois. Le plan napoléonien est en général constitué de feuilles par sections cadastrales à l’échelle du 1/2500e. Les sections sont identifiées par une simple lettre (A, B, C, …) et la numérotation des parcelles a été effectuée de manière continue, du nord-ouest au sud-ouest, en tournant dans le sens horaire.

Le défaut du plan napoléonien est son absence de mise à jour, selon le principe de l’immuabilité. Les plans cadastraux de la commune ne comportent donc pas les modifications engendrées par les différents partages des parcelles, constructions ou démolitions des biens. La loi du 16 avril 1930 instaure la rénovation générale du cadastre. Selon les cas, le bureau du cadastre procède à la refonte des plans soit par voie de mise à jour, soit par voie de renouvellement, c’est à dire de refonte complète.

Les tables de concordance cadastrale, dressées par l’administration du cadastre en 1958, établissent la correspondance entre les parcelles du cadastre napoléonien et celles du cadastre rénové par voie de mise à jour. Elles ont donc été établies uniquement pour les communes rénovées dont les références de parcelle commencent par une simple lettre.

Pour les sections cadastrales rénovées par voie de renouvellement ou de réfection portant une double lettre, seule la confrontation visuelle entre le plan napoléonien et le plan rénové permet d’établir la correspondance entre anciennes et nouvelles parcelles. Il est à noter que, pour la section K de la ville d’Auch, un cahier établit la correspondance avec le cadastre remanié en double lettres.

Retrouvez les tables de concordance cadastrale directement, à partir du lien suivant :

https://www.archives32.fr/archives_numerisees/portail/cadastre/concordance/recherche/

 

Ajout des fiches-matricules du recrutement militaire des Gersois de la classe 1922

Les registres des fiches-matricules du recrutement militaire des Gersois de la classe 1922 sont à présent consultables en ligne.

Pour rappel, chaque fiche-matricule est établie aux vingt ans du jeune homme. Sa classe militaire est donc déterminée par son année de naissance, en l’occurrence 1902. La fiche-matricule comporte l’état civil de l’intéressé, sa description physique, ses états de services militaires, ses blessures, décorations et condamnations éventuelles ainsi que ses différents domiciles.

Les fiches matricules militaires sont directement consultables à partir du lien suivant :

https://www.archives32.fr/archives_numerisees/portail/matricules_militaires/rm/recherche/

 

Mise en ligne prochaine des registres paroissiaux concernant tout le département

Depuis le 15 mars 2023, les Archives départementales ont mis en ligne les registres paroissiaux d’Auch, Condom, Lectoure, Lombez et Mirande conservés dans la collection du greffe. Les registres en question peuvent être consultés à partir de ce lien : https://www.archives32.fr/archives_numerisees/portail/etats_civils/rp/recherche/

Elles travaillent actuellement à la publication en ligne des registres des autres anciennes paroisses se situant dans le département du Gers actuel (collection du greffe toujours) et espèrent, comme annoncé, les rendre accessibles avant la fin de l’été 2023 pour le plus grand plaisir des généalogistes.